Le syndrome de l’imposteur

by - 09:00



Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien 😀 Aujourd’hui, je souhaiterais parler d’un sujet qui me touche particulièrement en tant qu’auteure : le syndrome de l’imposteur.

Bonne lecture !

Le syndrome de l’imposteur ou syndrome de l’autodidacte, c’est quoi ?


Il s’agit d’un mécanisme psychologique qui « induit une forme de doute maladif chez les personnes qui en sont victimes. Ces doutes les incitent à nier la propriété de tout accomplissement, qu’il soit professionnel ou privé. Selon cette théorie, les victimes ont donc tendance à rejeter systématiquement le mérité lié à leurs travaux et attribuent leurs succès à des éléments extérieurs comme la chance, le travail acharné, leurs relations, certaines circonstances exceptionnellement favorables… » [source : Passeport santé]

Parmi les auteurs et les artistes en général, le syndrome de l’imposteur est assez répandu. Pourquoi ? Eh bien, peut-être en raison de ce mythe persistant en France selon lequel l’écrivain serait porté par son inspiration. C’est parce qu’une bonne fée s’est penchée sur son berceau et lui a accordé ses faveurs que tel romancier a pondu un best-seller. En effaçant le travail de l’auteur, on sépare également l’œuvre de la personne et la chance est souvent brandie pour justifier un succès : « Oui, j’ai eu beaucoup de chance, c’est parce que j’ai rencontré Machin au salon du livre que mon roman a pu être publié. »

Expérience personnelle

Pour ma part, j’ai beaucoup souffert du syndrome de l’imposteur (et même aujourd’hui, je ne suis toujours pas guérie, ahem…) Depuis que j’ai quitté mon travail pour me consacrer à l’écriture, l’une des questions que je crains le plus est : « Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? » Quand j’étais encore assistante éditoriale, je me réfugiais derrière ce paravent, je brandissais mon emploi sans dire qu’en parallèle j’écrivais des livres.  Récemment, cette fameuse question est tombée et au lieu d’annoncer clairement « Je suis auteure », j’ai essayé de me cacher, j’ai marmonné un « J’ai créé une micro-entreprise (micro-entreprise est un mot qui fait très adulte) et je vends des romans autoédités ».

L’autoédition est une excuse que j’utilise assez souvent. Dès que quelqu’un me demande « Ah bon, mais alors tu es écrivain ? », j’esquive aussitôt en expliquant que l’autoédition est à la portée de n’importe qui. Je parle de chance, je précise que ma sœur est graphiste et que, sans elle, je ne me serais jamais lancée dans un tel projet. Je poursuis en disant que ce projet, nous l’avons réalisé toutes les deux comme si c’était un truc bricolé qui nous avait pris une semaine et non pas plusieurs années.

Dans ces moments-là, j’ai le sentiment de ne pas être légitime et qu’en minimisant mon travail, mon interlocuteur remarquera moins mon imposture. Ce vilain syndrome me touche principalement dans « la vraie vie ». Sur les réseaux sociaux, j’ai l’impression que l’écran m’offre une protection, un rempart qui me permet de me proclamer auteure sans craindre les moqueries.

Et si on se libérait du syndrome de l’imposteur ?

Oui, je sais, j’en suis encore très loin xD Mais c’est un travail que j’ai commencé à faire sur moi, notamment en me lançant dans les dédicaces en librairie et dans les salons (un projet qui a dû être mis en pause avec la récente crise sanitaire). Je vais essayer de passer de l’auteure recroquevillée derrière sa table à l’auteure un peu plus sûre d’elle 😉

La vérité est que j’aime créer, j’aime inventer des histoires (et torturer mes personnages) et je ne regrette absolument pas d’avoir tout plaqué pour me lancer dans l’écriture. Je suis heureuse de faire partie du monde des auteurs autoédités et il est temps que je n’ai plus aucune honte à l’admettre en public ^^


Et vous, est-ce que vous avez déjà été victime du syndrome de l’imposteur ?


Crédit image : Andrew Neel sur Unsplash

You May Also Like

2 commentaires

  1. Merci beaucoup, très intéressant votre article et tout votre blog. J'ai lu avec intérêt votre article sur les formations CNED et CNFDI, merci beaucoup, cela va m'éviter de contacter le CNFDI, vu les prix pratiqués et aussi ... parce que j'ai récemment investi dans une formation à l'écriture. En tout cas, j'aime beaucoup se qui se dégage de vous, par le biais de votre site, félicitations. Je vous suis sur Amazon, et je viens d'acheter votre livre "Prospérine Virgule Point", je vous ferai un retour. Bien amicalement et encore Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci pour votre message ^^ je suis ravie que mes articles vous plaisent. Oh, c'est très gentil d'avoir commandé "Prospérine", je vous souhaite une agréable lecture !

      Supprimer