Comment RATER la sortie de son livre ?

by - 14:07

 


Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien 😊 Aujourd’hui, j’aimerais vous raconter comment j’ai raté la sortie de mon second roman, Prospérine Virgule-Point et la Phrase sans fin. Oui, vous verrez, rien ne s’est passé comme prévu… N’hésitez pas à me dire en commentaire si cet article vous a plu ^^
Bonne lecture !
 

Le choix de la plateforme

Pour mon premier roman, j’étais passée par Amazon KDP, une plateforme dont j’étais très satisfaite. Quand j’ai commencé à réfléchir pour autoéditer Prospérine Virgule-Point, j’ai été confrontée à une première difficulté. Mon ouvrage comportait de nombreuses illustrations couleur et sur KDP, il n’était pas possible de séparer les pages couleur des pages en noir et blanc, c’est-à-dire que je pouvais indiquer soit 342 pages couleur soit 342 pages en noir et blanc. Pour choisir la couleur, le coût de fabrication par exemplaire était assez élevé : environ 24 euros, ce qui signifiait que le prix de vente devait être supérieur à 24 euros si je voulais avoir une chance de toucher des bénéfices. De plus, si je souhaitais envoyer des services-presse, il me faudrait à chaque fois débourser 24 euros (ce qui, multiplié par une bonne dizaine de blogueurs et chroniqueurs, représente une sacrée somme…). Cela m’a paru trop cher et j’ai décidé de rester sur Amazon KDP pour l’ebook, mais de partir en quête d’une autre plateforme pour la version papier.

Mon choix s’est arrêté sur Books on Demand qui permettait le référencement en librairie. Là, il était possible d’indiquer le nombre de pages couleur, soit 39, et le prix était déjà beaucoup plus accessible pour un éventuel acheteur.

Impression standard vs impression premium


BoD propose deux types d’impression : l’impression standard et l’impression premium. Souhaitant vendre Prospérine Virgule-Point à 19 euros, j’ai comparé le montant de mes redevances selon le type d’impression : pour la standard, je toucherais un peu plus de 3.50 euros contre 0.70 euro pour la premium (une grosse différence, non ?).

Comme je ne parvenais pas à dénicher d’informations sur la différence de qualité, j’ai décidé de choisir l’impression standard. Je me disais qu’au pire, je n’aurais qu’à changer de type d’impression si l’épreuve se révélait insatisfaisante. J’ai donc complété le formulaire sur la plateforme en laissant vierge la case qui me proposait d’indiquer une date de sortie. Dans ma tête, cela fonctionnait comme sur Amazon : je remplis le formulaire, je commande une épreuve et une fois la qualité validée, je choisis la date de sortie. Cela me paraissait tellement logique que ce ne fut pas le cas…

BoD ou l’absence d’épreuve

Imaginez que vous entrez dans un magasin de vêtements. Vous avez choisi un article et lorsque vous questionnez un vendeur sur l’emplacement de la cabine d’essayage, on vous répond : « Il n’y en a pas, vous n’avez qu’à l’essayer chez vous et si vous n’êtes pas satisfait, vous n’aurez qu’à payer 19 euros pour changer l’article. » Cela vous semble étrange, eh bien, c’est ce qui m’est arrivé sur BoD.

Sitôt payé les 19 euros que coûte la formule BoD Classique (en comparaison, Amazon KDP est gratuit), le formulaire se bloque et il n’est plus possible de changer la date de sortie. À défaut d’avoir indiqué une date, la date retenue est celle du jour. À ma plus grande surprise, je me suis donc retrouvée avec un exemplaire papier en ligne sans avoir pu vérifier la qualité d’impression.

Depuis plusieurs semaines, j’avais commencé à parler de Prospérine Virgule-Point sur les réseaux sociaux à travers des extraits, des présentations de personnages, etc. Du jour au lendemain, j’ai complètement stoppé ma promotion. « Et si la qualité est mauvaise ? pensai-je. Je ne vais quand même pas inciter des gens à acheter un produit que je n’ai pas encore vu… »

Assez anxieuse, j’ai attendu de recevoir mon exemplaire test pendant plus de deux semaines. Quand il est enfin arrivé, je n’ai pas tardé à déchanter : l’impression standard n’était vraiment pas terrible et me faisait penser aux performances de ma propre imprimante couleur. Dans Prospérine Virgule-Point, certaines illustrations en noir s’accompagnaient de vilaines stries que je n’aurais même pas tolérées dans mon mémoire de M2. En bref, il fallait absolument que j’opte pour l’impression premium si je ne voulais pas que mon ouvrage fasse amateur (et en tant qu’auteure autoéditée habituée aux a priori, il est encore plus primordial que l’ouvrage soit irréprochable…).

Changer le prix et le type d’impression

L’impression premium était beaucoup plus coûteuse que l’impression standard. Si je gardais mon prix à 19 euros, je n’aurais touché qu’une redevance de 0.70 euro qui, comme vous l’avez constaté, est assez dérisoire. J’ai donc décidé de fixer un prix de vente à 20 euros ce qui me permettrait de gagner *roulements de tambour* 1.24 euro par exemplaire vendu (je ne vous cache pas que je compte surtout sur les commandes via ma boutique en ligne pour payer mes factures…)

Me revoici donc sur BoD pour choisir l’impression premium (et payer à nouveau les 19 euros que coûte la formule car, dès que l’on touche au fichier ou aux paramètres, il faut remettre la main à la poche). Bien sûr, quand j’ai appelé le service clients pour savoir s’ils pouvaient bloquer l’ancienne version et éviter à de malheureux lecteurs d’acheter un ouvrage mal imprimé, on m’a répondu que « non, ce n’est pas possible ».

Pour que Prospérine Virgule-Point passe de la version 1 à la version 2 dans les différents points de vente (Amazon, Fnac…) que distribue BoD, il faut à nouveau attendre. Attendre, attendre, attendre… et bien sûr, je ne peux pas faire de promotion durant ce délai. J’ai un ouvrage en ligne que je ne dois SURTOUT pas vendre, donc impossible d’en parler sur les réseaux sociaux. Là où j’étais assez active sur mon compte, je suis devenue complètement invisible. Je ne vous raconte pas à quel point mon mois d’août a été bizarre…

(si jamais vous avez acheté la mauvaise version, je suis vraiment vraiment désolée, n'hésitez pas à me contacter 😭😭😭)

Conclusion

Le 21 septembre, mon roman est enfin en ligne. Après une mésaventure qui aura duré presque un mois et demi, vous ne pouvez pas savoir à quel point je suis contente de reprendre ma communication sur Prospérine Virgule-Point. Bon, pour mon prochain roman, je resterai sur Amazon KDP…

Et vous, avez-vous déjà connu des mésaventures lors de la sortie de votre ouvrage ? 😜

Crédit image : Fallon Michael sur Unsplash

You May Also Like

4 commentaires

  1. Oh ! Je comprends mieux maintenant ! Je surveillais plusieurs fois par semaine si le livre n’était pas sorti, si je n’avais pas raté l’annonce de sa sortie sur votre compte Instagram. J’ai quand même été surprise quand je l’ai vu disponible en version papier à 19€ alors que vous ne l’aviez pas annoncé ! Ceci dit cette version standard ne me choque pas, et je suis contente d’être passée à travers les mailles du filet de votre absence de promotion et de l’avoir lu plus tôt que prévu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup pour votre message ^^ ça me rassure un peu pour la version standard, j'avais peur de me faire lyncher dans les commentaires Amazon xD

      Supprimer
    2. Pas du tout ! Il n’y a que les stries sur les pages noires qui m’ont interrogée, mais pas dérangée ! Et puis j’ai surtout été marquée par le contenu :D

      Supprimer