Comment créer un personnage attachant

by - 08:16


Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien 😊 Aujourd’hui, je reviens avec un nouvel article consacré à un sujet auquel vous avez sans doute été confronté en tant que scribouillard : l’art de créer un personnage attachant ^^ Bonne lecture !

1. Un personnage avec des qualités et des défauts

Un personnage attachant est un personnage auquel le lecteur va facilement s’identifier et pour lequel il va éprouver de l’empathie. Pour faire naître ce sentiment chez le lecteur, il faut que le protagoniste ait des qualités mais aussi des défauts.

Imaginons un instant l’héroïne d’un roman : Isabelle de la Dentelière, héritière d’une famille fortunée, excellente élève du lycée, populaire et d’une beauté ravageuse. Vous sentiriez-vous proche de ce personnage ou préféreriez-vous plutôt Myrtille, dite « la Bouboule », demoiselle grassouillette, qui lutte pour avoir la moyenne mais qui est toujours là pour ses amies ? Personnellement, je voterais pour Myrtille 😋

Ce qui fait, à mon sens, la force d’un personnage, c’est son humanité. La fiction a cela de particulier qu’elle tente de copier la réalité, de faire croire à la véracité d’un personnage alors qu’il n’est que papier. Pour réussir ce tour de force, le personnage doit paraître « vivant », aussi faillible que l’est l’être humain. Une erreur de l’auteur débutant est de s’imaginer qu’un lecteur aimera moins son personnage si celui-ci a des défauts. Au contraire, si ces imperfections sont bien dosées, cela peut être justement une raison de l’apprécier.

Essayez d’équilibrer les qualités et les défauts de votre personnage : si votre héros est courageux, tempérez cet aspect de sa personnalité avec un côté irréfléchi, du genre à toujours foncer vers le danger sans se poser de questions, ou si votre héroïne possède une grande intelligence, dotez-la par exemple d'un profil ingrat.

2. Un personnage avec un passé et des objectifs à atteindre


Chaque personnage – qu’il soit principal ou secondaire – a forcément un passé et des objectifs à atteindre. Il ne peut pas être simplement là à attendre que l’intrigue ait besoin de ses services. Le piège est de créer un personnage-fonction, c’est-à-dire un protagoniste qui est seulement présent pour remplir un rôle et qui ressemble souvent à une coquille vide.

Prenons l’exemple d’un roman où le héros se retrouve dans le désert. Afin de dynamiser le chapitre avec des dialogues, il peut être tentant de lui ajouter un  ami pour qu’il ait un peu de compagnie. Ce camarade galérien doit pourtant avoir une raison d’accompagner Pierre, Jacques ou Jean : il s’agit d’un être indépendant, avec des rêves et des projets, et qu’il serait dommage de réduire à sa seule relation avec le héros.

Pour chaque personnage, oubliez votre intrigue et adoptez son point de vue. Il doit avoir QUELQUE CHOSE à faire de ses journées et pas uniquement être un faire-valoir 😊

3. Un personnage original : évitez les clichés !

Le lecteur s’attachera plus facilement à un personnage lorsque celui-ci est original. Reprenons Isabelle de la Dentelière qui peut faire penser à un personnage cliché, c’est-à-dire un protagoniste qui a déjà été vu et revu et qui ne parvient pas à se détacher de son modèle d’origine. En la voyant  débarquer, le lecteur songera : « Tiens, elle, je la connais déjà, sauf qu’elle s’appelait Kimberley dans le dernier livre que j’ai lu. » À mon sens, un personnage sans surprise est un personnage sans saveur.

Sortez des sentiers battus, choisissez des héros qui ne correspondent pas aux schémas habituels : pourquoi pas un bûcheron champion d’échecs ou un espion narcoleptique ? Vous verrez, il existe mille et une façons de contourner les stéréotypes 😉

4. Un personnage complexe : fouillez sa psychologie


Comme tout être humain, le personnage doit avoir sa propre psychologie : une complexité de choix et d’actions qui va dépendre de son passé, des événements et épreuves auxquels il a été confronté. Par exemple, imaginez Léandre, un personnage d’ordinaire adorable, qui va brusquement insulter un mendiant dans la rue. À présent, révélons aux lecteurs que ce mendiant portait le même manteau que l’homme qui avait assassiné sa mère, et voilà un héros beaucoup plus fouillé que s’il était juste le « gentil garçon », toujours prompt à rendre service ^^

Afin de dévoiler la psychologie de vos personnages, privilégiez les actions plutôt qu’une simple phrase en narration (c’est le concept même du Show, don’t tell !). Au lieu de dire « Léandre est quelqu’un de dévoué » montrez-le en train de faire du bénévolat. Jouez aussi avec les paroles du protagoniste et ses véritables actions : en voilà un qui se déclare « sûr de lui », mais qui se révèle pourtant être un grand timide. Confrontez vos personnages à des choix et à des épreuves, l’occasion rêvée de les montrer sous un autre jour et de creuser leur psychologie.

5. Aimez votre personnage !

Pour que le lecteur aime votre personnage, il faut également que vous, en tant qu’auteur, vous l’aimiez. Si vous le détestez ou si vous n’avez placé ce protagoniste là que pour des raisons de scénarios, le lecteur n’éprouvera pas plus d’intérêt pour lui.

Glissez-vous dans la peau de vos personnages, habitez-les, cherchez en eux une raison de les apprécier. Même le grand méchant de votre histoire est sûrement bien plus qu’un simple vilain animé d’une cruauté gratuite. A-t-il connu un passé douloureux/un amour non réciproque/etc. ? Plus vous connaîtrez vos personnages, plus vous les maîtriserez et plus ils se libèreront du papier pour prendre corps dans l’esprit des lecteurs.


Et voilà, c’est tout pour cet article ! Si mes conseils vous ont plu, n’hésitez pas à laisser un p’tit commentaire 😜


Crédit image : Fotownetrza sur Pixabay

You May Also Like

0 commentaires